HUMEURS Mes petits textes

« Non ce n’est pas la vie » #jesuischarlie

11 janvier, 2015

Le 07 janvier aux alentours de 12 h 00, j’ai appris, tout comme vous, que des hommes avaient tué d’autres hommes. Je dis des hommes parce que malheureusement se sont bel et bien des hommes. En revanche, les mots que je devrais employer seraient plutôt des lâches, des monstres, des barbares… J’ai bien trop de respect pour les animaux pour parler de bêtes. Ignobles, ces individus là, ils le sont, j’en suis fermement convaincue. Comment pouvoir penser autrement ?

10818226_1020503261309801_7990415669665134524_o

Paumés, abandonnés, orphelins,  miséreux, influençables…  Je sais que les hommes sont faibles et je comprends qu’un manque de repères, de considérations, souvent accompagnés d’injustices, puissent pousser des hommes dans les mains de gens très convaincants, forts manipulateurs et extrémistes.

J’entends et je lis partout ces phrases stupides : «C’est la faute aux politiques qui n’ont jamais été capables de…», «C’est la faute des musulmans…» «C’est la faute des flics»…
Pour moi : «C’EST DE NOTRE FAUTE A NOUS, A NOUS TOUS !!!».

Nous qui ne nous battons plus, nous qui désertons les bureaux de votes, nous qui baissons les bras et la tête pour ne regarder que notre petit nombril. Oui, c’est la crise et oui, je sais, les temps sont durs, Mais on ne doit pas oublier qu’il faut se battre chaque jour pour préserver nos droits et nos valeurs qui sont les nôtres, français, et pour lesquelles beaucoup sont morts.

Aujourd’hui, malheureusement, les extrémistes en tout genre, plus que nous, qui marchons, sont bien plus présents et combattants. Aujourd’hui faisons comme eux, mais différemment :
Battons-nous !!!

Battons-nous pour la Liberté, l’égalité, la fraternité.
Les droits de l’homme et de la femme, l’égalité des sexes, le bien être de la planète…
Mon « battons-nous » n’est pas un appel à la guerre. La guerre tue et je ne souhaite la mort de personne.

Battons-nous sans violence comme le faisaient les CHARLIE avec nos plumes et nos crayons.
Battons-nous en allant voter, battons-nous en dénonçant, battons-nous en manifestant, battons-nous en nous moquant de tout avec intelligence, battons-nous en chantant, battons-nous en peignant, battons-nous en jouant…

Je clame « battons-nous », mais comme vous, j’ai baissé les bras.
Comme vous, je regarde chaque jour mon nombril. Tout comme vous j’ai prononcé cette phrase abominable qu’on ne devrait jamais prononcer :

« Ah oui ! C’est moche, ça ne devrait pas se passer comme ça, mais c’est la vie ».
« C’est la vie », c’est bien une phrase de lâches.
« C’est la vie », la phrase des résignés.

Je suis sure que CHARB, Tignous, Wolinski, Cabu et les autres morts pour leurs idées n’ont jamais prononcé cette phrase.

Il y a encore quelques années, jamais, oh non, Jamais, cette phrase me serait venue à l’esprit.
Il y a encore quelques années j’aurais levé mon cul et mon poing et j’aurais hurlé : «Pétitions, manifestions, rédactions, actions, insoumissions…»

Oui, j’ai quitté le navire mais je n’ai pas viré de bord.

Pour me battre, je n’ai gardé que quelques armes : Ma carte d’électeur, des pétitions, et quelques phrases « engagées » sur les réseaux. Bien faibles sont mes armes pour combattre les fanatiques à la kalachnikov, les nouveaux extrémistes vêtus de bleu Marine, les intégristes catholiques, les beaufs à la Cabu…

Si aujourd’hui j’écris c’est parce que depuis le 07 janvier 2015, je pleure.
Je pleure, car je ne peux comprendre.

Abattus pour un dessin ?
C’est quoi la prochaine étape ?
Eh ! Les mecs ! Ma fille dessine « Peppa Pig » son cochon préféré, allez-vous la tuer ?

Aujourd’hui, je ne dois pas avoir peur, car la peur nuit au combat. J’ai peur de l’avenir, j’ai peur pour ma fille. J’ai envie de vivre dans un monde où la croissance soit au beau fixe, mais j’ai surtout envie d’un monde où l’on serait tous libres de nos idées, libres de nos pensées, libres de nos dessins… Un monde dans lequel on pourrait encore rire de tout.
Un monde dans lequel on combat sans armes et avec nos vives convictions.

Non ! Ce n’était pas mieux avant, phrase aussi stupide que « c’est la vie » ; Mais où allons-nous ? Comment éradiquer cette violence ? Que doit-on penser. Que doit-on faire ?

Je n’ai pas viré de bord, je suis toujours gauchiste, écologiste, anti-extrémiste. L’extrémisme politique, l’extrémisme religieux qu’il émane d’une religion ou d’une autre, sont à combattre, car ils mènent toujours aux massacres et à une immense détresse.

La une de CHARLIE dessinée par Cabu « Mahomet débordé par les intégristes : C’est dur d’être aimé par des cons » m’a bien entendu fait beaucoup rire (car j’ai bien compris que les cons étaient les fanatiques et non les musulmans).

charlie-hebdo-le-blaspheme-pour-religion,M188540
Lors de cette parution, j’ai aussi dit cette phrase, dont je regrette le contenu et qui tourne en boucle dans ma tête depuis le drame : « N’en font-ils pas un peu trop ? Ne sont- ils pas allés trop loin ? Ne mettent-ils pas de l’huile sur le feu» ?

C’est la peur des représailles à leur encontre et l’angoisse de plusieurs ripostes dans le pays qui m’a fait prononcer ces interrogations. C’est bien la preuve que la peur nuit au combat.
Depuis le 07 janvier 2015, 12 h 00, je sais que je n’aurais jamais dû dire cette phrase. Ils avaient, évidemment, raison de continuer de se battre contre l’intégrisme religieux. Seulement, je ne suis pas aussi forte que l’étaient les CHARLIE, c’est une évidence.

Je comprends que certaines personnes de confession musulmane peuvent être choquées et énervées par ces caricatures. Bien sur que l’on se moque de l’islam mais on se moque aussi des autres religions, c’est ça qui est formidable en France. Il faut respecter les opinions de chacun, les accepter et les tolérer. Il faut savoir rire de soi même, savoir rire de ce que l’on est et rire de ce à quoi on croit. Il faut rire de tout avec intelligence et même rire du sacré.

Pour moi, ces caricaturistes sont des héros au courage extrême. Menacés de mort chaque jour, mais toujours au combat pour nous. Comme vous, j’ai attendu qu’on leur troue la peau pour le dire. Pourquoi prenons-nous conscience des choses que quand elles n’existent plus ?

Je ne vous juge pas, je ne me le permettrais pas, puisque je suis comme vous.
Quand d’autres imbéciles ont saccagé le Charlie j’ai été choquée, peinée et dégoûtée. Croyez-vous que la lycéenne abonnée au Charlie Hebdo se soit alors réabonnée pour permettre au journal de se remettre sur pied ? Bien sûr que non !

Croyez-vous que je suis allée dans les kiosques acheter au moins un exemplaire du CHARLIE ? Bien sûr que non ! Moi, j’ai fait comme presque tout le monde et je ne cesse de le regretter et d’en pleurer. J’ai déploré, crié au scandale dans mon petit appartement et dit : « Oh, putain ! Merde, c’est dur pour eux, les pauvres, je les aime tant, mais c’est la vie » !

Et puis parce que la réalité est bien trop dure, parce que la réalité est impossible à concevoir.
Des messages de mort pour des dessins en France ? Franchement !
J’ai honte d’avoir sous-estimé le nombre et la puissance des imbéciles qui rêvent d’une France sans droits.
CHARB disait qu’il n’avait pas peur des menaces car elles émanent que de 2 ou 3 personnes. J’ai envie de croire à ce chiffre, mais j’ouvre peu à peu les yeux. Deux hommes c’est peu mais ça a suffit. Même si les cons dangereux sont peu nombreux il faut les combattre avant qu’ils ne fassent des petits et ne salissent et écrasent toutes nos belles valeurs.

« Mourir pour des idées d’accord mais de mort lente » disait un autre anarchiste bien connu que j’affectionne. 10 personnes sont bien tombées pour leurs idées mais la mort ne fut pas lente.
C’est une mort brutale qui les a saisis et emportés en pleine réunion de travail. Une exécution soudaine qui, je l’espère, va aussi déranger notre petite vie de peigne-cul.

Des marches en hommage aux Charlie et pour défendre la liberté d’expression touchée en plein cœur sont organisées dans toutes la France et je m’en réjouis. Pas tout le monde est Charlie, évidemment, on ne peut pas tous adhérer à leurs idées. Mais Charlie est un symbole. Et hommes et femmes, de gauche comme de droite, nous devons aller marcher.
S’il y a une vie après la mort et qu’ils nous voient je pense qu’ils doivent bien se bidonner de voir que Sarkozy, la droite entière, le Pape, le FN… se battent pour participer à la marche qui leur rendra hommage.

10914970_1021771307849663_1534046642732129539_o

Eh ! CHARB ! Tu as entendu le glas de Notre Dame ?

Bien sûr, Jeannette Bougrab ! Aucune marche n’a jamais ramené personne à la vie.
Que faire ?
J’ai envie de croire que cette prise de conscience dont tous les médias parlent en est bien une. J’espère que demain nous marcherons tous ensemble pour la liberté d’expression et biens d’autres combats légitimes que l’on doit impérativement défendre. Mais j’ai peur qu’après demain tout le monde rentre chez lui, ferme sa porte à clé et passe à autre chose en disant : « C’est la vie ».

Cabu, CHARB et Wolinski, au même titre que Renaud, Mano Solo (fils de Cabu au demeurant) et bien d’autres ont fait de moi, ce que je suis aujourd’hui.
Lycéenne je voyais le monde à travers les dessins et les écrits du Charlie. Aujourd’hui, j’ai peut-être un peu baissé les bras, mais mes idées sont encore là, je vous assure ! Je n’abandonne jamais !

Je vais finir mon pavé en témoignant aux hommes et femmes du CHARLIE toute ma reconnaissance et en leur disant MERCI !

Merci pour vos idées.
Merci pour vos combats.
Merci pour le courage
dont vous avez fait preuve à notre place.
Merci de m’avoir fait rire. Là, je pleure en pensant à vous, mais vous n’y êtes pour rien.

Oui, là, je pleure.
Ca va s’estomper et après je l’espère, je lèverais mon cul, mon poing et je me battrais.

Je me battrais parce que je le dois, je me battrais parce qu’il le faut.
Je le dois aux CHARLIE, je le dois à moi-même et je le dois à ma fille. Mon devoir le plus sérieux est engagé !

Je jure que plus jamais, je ne dirai « C’est la vie » parce que ce qui s’est passé le 07 et le 09 janvier, « Non, ce n’est pas la vie !! »

Séverine

PS : Certains diront que je ne parle pas des policiers, des civils et des juifs tués aussi ces derniers jours. Sachez, que je ne les oublie pas. Je pense à eux et à leur famille parce que je ne dois pas oublier, nous devons tous les jours nous en souvenir.

5 Comments

  • Reply
    Ptisa
    12 janvier, 2015 at 14:47

    j’aime beaucoup ton billet, il est très vrai. J’en ai préparé un qui passera demain sur mon blog.
    Dans la manif il y avait des convaincus, ceux qui se battent tous les jours pour l’égalité et la liberté et il y a aussi ceux qui se sont donnés bonne conscience et qui reprennent leur vie comme avant, jusqu’à la prochaine fois. Que faire ? il y a des milliers de choses à faire, ça s’appelle la solidarité, tendre la main à ceux qui en ont besoin, mettre ses compétences au service de tous. Ne comptons pas sur nos dirigeants pour faire quoi que ce soit, vu les invités de dimanche, je pense qu’ils ne savent pas de quoi il s’agit, ils ont juste fait des photos.

  • Reply
    Milie
    11 janvier, 2015 at 20:25

    Un billet très juste et très bien écrit. Merci.

    • Reply
      Sève
      12 janvier, 2015 at 09:50

      Merci bien

Répondre à Ptisa Cancel Reply